Relief en bois de Saint Antoine Agrandir l'image

Relief en bois de Saint Antoine

Neuf

51,90 €

En savoir plus

Fernando de Bouillon est né à Lisbonne (Portugal) en 1195 de son père Alfonso Martin, chevalier, et de sa mère Maria ; la famille était noblement descendante de Godefroi de Bouillon.
Il y a une similitude entre Antoine et François, qui ont tous deux commencé par être des jeunes bras de carrière, tentés par la vie facile et le péché, mais qui les ont tous deux conduits à choisir la voie du témoignage de la foi pour suivre Jésus-Christ.
À l'âge de 15 ans, il est entré chez les chanoines réguliers de Saint-Augustin qui tenaient l'église Saint-Vincent près de Lisbonne à la demande du roi Alphonse Ier de Portugal et de la reine Mafalda de Savoie. Fernando s'applique dans ses études avec d'excellents professeurs de sciences et de théologie et se prépare à l'ordination.
En 1219, à l'âge de 24 ans, Fernando devient prêtre. Aspirant à une vie religieuse plus dure, Fernando peut être transféré dans une autre communauté de Saint Augustin, Santa Croce à Coimbra.
En 1220, arrivent à Coimbra les corps de cinq moines franciscains décapités au Maroc pour avoir prêché l'Évangile. Lorsque les moines du Mont Olivares sont arrivés pour recueillir les corps, Ferdinand a attendu d'eux l'inspiration pour vivre l'Évangile. Après avoir obtenu la permission du Provincial franciscain d'Espagne et de l'Augustinien, Ferdinand est entré dans l'Ermitage de la Jeunesse et a changé son nom en celui d'Antonio.
Antonio, suivant l'exemple des cinq frères tués au Maroc, veut porter la parole de Dieu aux infidèles, même si cela signifie le martyre, et reçoit les appels du frère John Parenti, alors Provincial d'Espagne, la permission d'y aller. Il s'embarque avec un frère philippin de Castille pour le Maroc.
La fièvre paludéenne l'oblige à lire pendant le voyage vers l'Afrique qui commence en 1220. La maladie persiste et ses compagnons parviennent à convaincre Antonio de rentrer chez lui pour se faire soigner. Au cours du voyage de retour, une tempête pousse le navire au large des côtes de la Sicile orientale. Soigné par les franciscains de la ville, il se rétablit en deux mois. Antoine apprend des frères que François a convoqué les frères d'Assise Portioncule pour le chapitre général de la Pentecôte 1221, au cours duquel le texte de la Règle a été présenté. Antoine fut invité au Chapitre général d'Assise. Il vint avec d'autres franciscains à Santa Maria degli Angeli où François l'écouta, sans le connaître personnellement.
Le ministre provincial de l'Ordre en Italie du Nord lui proposa de s'installer à Montepaolo, près de Forli, pour célébrer la messe dans un petit ermitage. Pendant plus d'un an, Antoine se consacra à la contemplation et à la pénitence, s'attelant aux tâches les plus humbles et aidant les frères, puis un jour il se rendit avec les frères à l'église de San Mercuriale pour assister à l'ordination des nouveaux prêtres, où il pria en présence d'une nombreuse assistance, parmi laquelle des notables. L'impression causée par son éloquence fut telle qu'il fut nommé prédicateur et qu'il enseigna également à François, qui lui conseilla de ne pas perdre l'esprit de prière et de dévotion. Il commença à prêcher en Romagne, dans le nord de l'Italie, et continua à combattre l'hérésie cathare albigeoise en Italie et en France, où il arriva en 1225.
Antoine était fermement convaincu que la formation théologique des frères mineurs était nécessaire pour combattre les hérétiques et, après avoir beaucoup insisté, François lui permit de fonder la première école de théologie franciscaine à Bologne en 1223, au couvent de Santa Maria di Pugliola.
La renommée de l'éloquence d'Antoine et les miracles qui accompagnaient sa prédication persuadèrent Honorius d'envoyer Antoine en France pour combattre les hérétiques cathares, et Antoine y resta pendant plus de deux ans, entre 1225 et 1227, prêchant en Provence et dans le Languedoc Biscayen. Le Père Provincial de Provence le nomme premier gardien du couvent du Puy et supérieur des couvents du Limousin.
La nouvelle de la mort de François et du chapitre général tenu par le frère Elias, Antoine étant contraint de retourner en Italie, lui parvient à la fin du mois de mai 1227. Le nouveau Maître général de Jean Antoine Parenti est nommé ministre provincial de l'Italie du Nord. Au cours de la période suivante, Antoine ouvrit de nouvelles maisons et visita des monastères pour connaître les moines et le contrôle et les Clarisses du Troisième Ordre. Il s'installa à Padoue, rédigeant les sermons du dimanche et, deux mois plus tard, les sermons pour les fêtes des saints, en mettant l'accent sur les thèmes de la foi, de la morale et de la vertu. L'amour de Dieu et sa compassion pour les pauvres. La prière, l'humilité et la mortification, la lutte contre l'orgueil, la cupidité, la luxure et l'usure. Conserver 1228 à la demande du pape Grégoire IX. Les sermons de la semaine de jeûne sont appelés """"Arca del Testamento"""". À cette occasion, on dit que la foule l'écoute prêcher la langue cosmopolite d'origine de chacun d'entre eux. De 1228 à 1231, il se déplace malgré une santé fragile. Campo Sampiero se retire pour se reposer près de Padoue, dans une petite chambre que les frères de l'Ermitage ont offerte au comte Tiso.
Antoine se consacre à la prédication et à la confession. Le comte Tiso se rend souvent dans la chambre d'Antoine pour évaluer son état de santé. Un soir, au cours d'une de ces visites, il participe à la visite du Saint Enfant que Jésus est en train de faire. Sa santé se détériore et Antoine, qui a coulé les forces le 13 juin 1231, demande à être rapatrié à Padoue. Pendant le voyage, il est admis au couvent de l'Arcella, où il meurt en fin d'après-midi.
Le couvent de l'Arcella et Santa Maria Mater Domini entament une discussion pour décider lequel des deux lieux accueillera le corps, Antoine voulant mourir à Santa Croce. La décision revient au père provincial, qui décide que le corps sera conservé au monastère de Santa Maria Mater Domini.
Le tombeau de marbre dans lequel il repose devient immédiatement la destination de pèlerinages qui ne s'étaient jamais arrêtés auparavant et qui ont vu de nombreux miracles. Antoine fut, le jour de la Pentecôte 1232, en présence du pape Grégoire IX, canonisé dans la cathédrale de Spolète. Canonisé dans la cathédrale de Spoleto.
S. Bonaventure lors de la remise du corps 32 ans après la mort d'Antoine, la langue du saint est restée intacte. La relique se trouve aujourd'hui dans la chapelle de la basilique du ministère des finances de Padoue. Antoine est le saint patron. Pie XII. En 1946, il a proclamé saint Antoine docteur de l'Église et lui a donné le titre de Doctor Evangelicus pour son observation ferme et constante de l'Évangile. L'Église catholique honore saint Antoine le 13 juin.